Cette lettre d’un professeur au sujet d’un enfant m’a fait pleurer comme un bébé. | 7 mai 2015
Annonce:


“Chers parents : à propos de CET enfant…”, par Amy Murray.

Chers parents :
Je sais. Vous êtes inquiets. Chaque jour, votre enfant rentre à la maison et vous parle de CET enfant. Celui qui est toujours occupé à frapper, pincer, griffer et même parfois mordre les autres enfants. Celui à qui je dois toujours tenir la main dans le couloir. Celui qui a son coin spécial sur le tapis de jeu et préfère s’asseoir sur une chaise plutôt que par terre. Celui qui a du quitter la classe parce qu’on ne jette pas les jouets. Celui qui a grimpé la grille de la cour alors que je lui disais d’arrêter. Celui qui a aspergé le sol avec le lait de son voisin parce qu’il était en colère. Exprès. Alors que je le regardais. Et quand je lui ai demandé de nettoyer, il a vidé le rouleau de sopalin. Exprès. Alors que je le regardais. Celui qui a prononcé le mot en M en cours de gym.

Vous êtes inquiet que CET enfant n’empêche le votre d’apprendre. Vous avez peur qu’il me prenne trop de temps et d’énergie pour que le votre ait sa part d’attention. Vous avez peur qu’il ne blesse quelqu’un un jour. Vous avez peur que ce “quelqu’un” soit votre enfant. Vous avez peur que votre enfant ne devienne agressif pour obtenir ce qu’il veut. Vous avez peur que votre enfant ne devienne un cancre parce que je n’aurais pas remarqué qu’il a du mal à écrire. Je sais.

Votre enfant, à son âge et dans cette classe, n’est pas CET enfant. Votre enfant n’est pas parfait, mais en général, il obéit. Il partage ses jouets sans problème. Il ne jette pas son matériel. Il lève la main pour parler. Il travaille quand c’est l’heure de travailler, et joue quand c’est l’heure de jouer. On peut le laisser aller seul aux toilettes et en revenir sans craindre une mauvaise blague. Il pense que le mot en P est “purée” et que le mot en M est “mercredi”. Je sais.
Je sais, et je m’en inquiète aussi.


Vous savez, je m’inquiète…

Annonce:
Annonce:
KFC reconnaît qu’un tiers de ses poulets souffrent de graves inflammations | 19 août 2020
Dans son tout premier rapport sur le bien-être animal, le géant de la restauration rapide KFC admet que plus d’un tiers de ses poulets provenant des fournisseurs du Royaume-Uni et de l’Irlande souffrent d’une inflammation douloureuse appelée « dermatite plantaire ». Cette affection se caractérise par des lésions au niveau des pattes, qui, dans le pire des cas, peuvent rendre les volailles incapables de marcher correctement. Cette pathologie est due principalement à une mauvaise gestion de leur litière, ainsi qu’un manque de ventilation. Dans ce rapport, salué pour sa transparence, il est dit qu’au niveau mondial, le nombre d’oiseaux touchés par cette ...
En savoir plus..
Fermer